La goétie

Coup de projecteur sur une pratique occulte : la Goétie !

Goetie-Luis-Royo-Howls-of-Silence

Qu’est-ce que la Goétie ?

Pour aborder le sujet de la goétie, il importe tout d’abord de clarifier les choses sur ce qu’est la goétie en réalité et ce qu’elle n’est pas. Tout le monde est d’accord sur le fait que la goétie est une pratique occulte qui relève de la sorcellerie. Mais beaucoup de gens qui ont une certaine connaissance de la littérature occulte associeront la goetie avec le premier traité du Lemegeton, la très célèbre Clavicule du Roi Salomon, qui est, à juste titre ou non, de nos jours, peut-être le plus célèbre des grimoires. En effet, dans le Livre IV  d’Aleister Crowley, toutes les références à la goetie se rapportent à cet ouvrage et à rien d’autre. Cependant, ce premier traité du Lemegeton date du milieu du XVIIe siècle, alors que la goetie provient d’un terme grec ancien. Il y a clairement une certaine distance entre la date du livre et les origines de la goetie.

Cet écart dans le temps est important mais souvent négligé dans l’usage populaire, et même parmi de nombreux auteurs modernes. Il n’est pas rare d’entendre des expressions telles que « démons goétiques » ou même « goetiques » pour désigner les esprits évoqués dans ce grimoire. Cette utilisation du mot goétie est inexacte à plus d’un égard. Dans les langues européennes le mage ou le magicien sont des mots qui dérivent de la magie. Il s’agit de la personne qui pratique cet art. En revanche, la goetie est un terme qui dérive d’un mot ancien désignant une personne. Il s’agit d’un cas assez unique où on prend le nom de l’artiste au lieu du nom de son art. Cette personne est appelée un « passe ». Il s’agit donc concrètement d’un passeur pour conduire les défunts vers le monde des morts. En bref, la goetie est liée en premier lieu à l’identité de l’opérateur, et secondairement à la nature de son art. Quoi qu’il en soit, personne n’est dupe, la Goétie est avant tout une magie incantatoire de type magie noire et elle doit son nom à quelques néo-platoniciens parmi lesquels figuraient Porphyre, Jamblique, Julien, etc…

magie noire

Quelle est l’origine de la Goétie ?

rite-goetique_M6EajC
Rite goétique – © Volkan Baga 2010

 

C’est depuis l’aube des temps anciens qu’elle existe, ses origines remontent à l’antiquité grecque et sont entachées de zones d’ombres. Quoi de plus naturel pour une pratique occulte !

Sur le plan étymologique, la Goétie provient du latin (médiéval) Goetia qui est lui-même issu du grec ancien et dont la signification est « hurlement ». Le mot ‘go’ se rapporte à des termes décrivant l’acte de se lamenter lors des rites funéraires; le hurlement lugubre est considéré comme une voix magique. Ces tonalités magiques peuvent guider le défunt vers les bas-fonds de l’enfer et également amplifier la mort pour s’assurer que le trépas est bien définitif. Ce mot est la racine étymologique du mot goétie et sa définition marque le rapport étroit qui existe entre la goétie et la nécromancie, qui est parfois considérée comme « magie noire ». En fait, bien des signes mettent en évidence que la Goétie se situe radicalement à l’opposé de la Théurgie.

Les auteurs de Cornelius Agrippa à Mathers et Waite utilisent le mot goétie dans la plupart de leurs ouvrages, en particulier les plus sombres. Mais ils l’utilisent seulement dans le sens qui lui est donné dans La Clavicule de Salomon, ce qui a éclipsé la longue association du terme avec la prétendue « magie noire » en général, autrement dit l’« évocation du démon ».

A plastinated head is shown at "Body Worlds" in Heidelberg, Germany in 2009; a plastinated cadaver displays the human arterial system at "BODY WORLDS 4" in Manchester, England in 2008; and a plastinated hurdler is displayed at the "Body Worlds" ehibition in LOs Angeles in 2008. (AFP/Getty Images and Associated Press)

Pour les uns, le principe même de la Goétie repose sur l’invocation des démons tandis que pour d’autres, elle fait plutôt appel à la puissance des forces telluriques et négatives. Pour Agrippa, les associations négatives du mot « goetia » remontent au-delà de la période médiévale : dans l’antiquité classique. Donc, on peut dire que « goetia » est un mot très ancien concernant la magie noire. Mais dans son utilisation grecque, la magie était un terme dérivé d’une racine persane alors que « goetia » était déjà présent dans la langue grecque. Dans l’histoire de la Magie occidentale, non seulement la goetie est venue en premier, mais elle possédait un caractère qui la distingue des nombreuses autres formes ultérieures. Dans sa forme originale la goetie ne comportait pas la même vision du monde ni les hypothèses que la magie engloba plus tard. Pour être plus précis, les différences portent sur la vision du monde que l’on appelle la religion primitive, par opposition aux formes plus civilisées qui sont apparues ultérieurement.

litterature-goetique_fZxyZz

Littérature goétique

Le livre de Franz Cumont sur la magie chaldéenne parle de magie Persique qui serait entrée dans l’utilisation grecque à l’époque des guerres médiques. Il écrit que le Livre de Ostanes  était l’origine de la magie moderne, se substituant à partir de ce moment aux rites grossiers de l’ancienne Goetie. Les rites des Mages connus des Grecs semblent pour l’essentiel à avoir été pré-zoroastrienne, et non moins « grossier et ancienne » que la goetie grecque. Le Livre des Ostanes  peut alors représenter une mutation partielle de la goetie vers la forme que nous connaissons aujourd’hui. Dans tous les cas, la Goetie n’a certainement pas disparu avec l’avènement et l’évolution de ces rites « magiques », même si, à ce moment-là, une grande partie de la signification et l’importance des rituels anciens grecs avaient déjà été perdu.

La subsistance de la goétie au sein de la magie occidentale représente essentiellement les survivances d’éléments plus primitifs dans les traditions d’accueil d’un autre caractère. On veut parler des pratiques païennes connues de l’Europe occidentale principalement en Armorique, dans les Îles Britanniques et tous les territoires celtiques. Invariablement ces brèves tentatives faites pour définir goetie sont du point de vue de ces traditions d’accueil, ou à partir de points de vue hostiles à la magie en général, plutôt qu’à partir du point de vue de la goetie elle-même.

Il est difficile de parler de la goetie dans ses propres termes étant donné la concurrence avec les hypothèses accumulées durant tant de siècles intermédiaires. Pour les deux mille dernières années, notre civilisation a vécu avec les hypothèses inhérentes à la religion « révélée ». La civilisation de la Grèce classique, et toutes les autres civilisations du monde antique, ont été construits sur une tradition de milliers d’années de ce qu’on appelle la « religion naturelle ». Considérant que la religion révélée est livrée d’en haut (les puissances célestes) par une révélation représentée par un livre saint et avec l’intermédiaire d’un prophète – la religion naturelle, quant à elle, s’est auto-construite à partir du bas. C’est le résultat de l’observation et de l’interaction avec le monde visible, y compris la perception des forces surnaturelles ou numineuses. Au cœur de ces deux approches de la religion existent deux visions du monde totalement différentes et singulières.

banniere magie noire

Comment se pratique la Goétie ?

C’est à la faveur d’une nuit particulièrement obscure qu’elle se prépare. C’est bien souvent dans des cavernes, des souterrains ou quelquefois aux abords de tombeaux qu’elle se pratique par le biais de rituels sataniques.

À l’époque elle était parfois accompagnée du sacrifice d’un animal ou pire, de celui d’un enfant. Cette évocation incantatoire des esprits maléfiques, voire pire, des puissances démoniaques infernales se déroule sous la houlette du mage noire. Le but de ce rituel constellé d’offrandes symboliques est de contrôler un démon afin de lui faire exécuter toutes sortes de basses besognes. Il peut s’agir d’assouvir un désir de vengeance, un besoin d’argent, d’amour ou de pouvoir…

Un mage noir cupide et inexpérimenté peut être manipulé aussi bien par des entités négatives que par des esprits maléfiques. Celui-ci se retrouve alors sans défense et expose involontairement sa famille aux pires dangers. De là à dire que la Goétie est une pratique sulfureuse, il n’y a qu’un pas…